Last Day on Earth : Survival, l'homme est un zombie pour l'homme

Les jeux de survie, ce n'est pas ce qui manque sur mobile. Du jeu à licence comme The Walking dead : Road to Survival aux jeux plus originaux tel que Tinker Island. Le studio Kefir! Nous propose aujourd'hui Last Day on Earth : Survival un free to play où il sera question de survivre après une pandémie Zombie. Alors énième jeu de survie ou petite pépite qu'on attendait plus ?

Jeu Last Day on Earth sur IOS et Android

90% de la population anéantie

Comme son nom l'indique Last Day on Earth : Survival, est un jeu de survie. 80% de la population mondiale a été décimée par un virus transformant les gens en zombie. 10% se sont ensuite entretués. Le joueur incarne un des survivants de l'espèce humaine. Ici pas de tuto, pas d'explication, on est lâché dans la jungle en slip (littéralement) et il va falloir se débrouiller avec son environnement pour survivre. La vie la vraie. Le gameplay est de toute façon plutôt intuitif alors pas de panique.

Et survivre ne sera pas une mince affaire. Il va falloir se nourrir, boire, se vêtir, se défendre et apporter un minimum de confort à sa nouvelle vie pour ne pas mourir bêtement. Le bois et les pierres permettront de fabriquer nos premiers outils. On pourra ainsi fabriquer d'autres objets pour nous faciliter la vie et surtout bâtir son petit home sweet home. Enfin, pour peu qu'on possède suffisamment de points de compétence pour apprendre la fabrication de tel ou tel objet. Points qui s'obtiendront au fils des niveaux, en farmant, craftant et combattant par exemple.

Ma maison dans Last day On Earth : Survival
Home Sweet Home

De temps en temps une caisse de provision ou un avion entiers tomberont du ciel apportant ainsi de quoi se vêtir (oui parce que le slip c'est pas très sécure), des armes et des pièces fort utiles pour la construction de véhicules par exemple. Parce que se déplacer à pied prend du temps ou des points d’énergie si on est pressé. On ne pourra donc pas jouer toute la journée. Les points d’énergie se rechargent avec le temps mais pourront également être acheté avec des pièces d'or (monnaie premium) ou en regardant une pub.

Changement de zones

Une menace pire que les zombies

Un monde post-apocalyptique c'est bien connu, ce n'est pas une promenade de santé. Le joueur devra visiter différentes zones (aux niveaux de difficulté plus ou moins élevés) et rencontrera sur sa route différents types d’ennemis : des animaux affamés, des zombies de base plutôt lents, des mutants qui crachent de l'acide ou encore d'énormes monstres qui ne pourront être vaincu que si l'on est lourdement armé. Mais les pires d'entre tous, tapis dans l'ombre, n'attendant qu'un faux pas ou une faiblesse de notre part pour fondre sur nous, ce sont bien entendu, les autres joueurs.

En effet dans ce jeu de survie en mode « Die and retry » c'est la loi du plus fort (ou du moins stupide) qui prévaut. Si nous venons à périr, ce qui arrivera très vite, un autre perso en slip prendra la place de notre précédent protagoniste cependant, notre niveau de progression sera maintenu.
Les autres joueurs n’hésiteront pas à nous tailler en pièce avant de piller notre cadavre, à détruire votre porte pour vider nos coffres. Et même si au début on a tendance à se dire qu'on va pas être un gros bâtard, après s’être fait zigouiller et dépouiller 3 ou 4 fois on se dit... « c'est lui ou moi ».

JcJ dans Last Day On Earth: Survival

Mais dans ce monde de brute une lueur d’espoir est possible. Une fois suffisamment habile pour construire certains items comme une tour radio, il sera possible de commercer, de créer ou rejoindre un clan ou encore d'effectuer des missions.

En mode survie

Histoire de pimenter un peu le jeu (comme s'il en avait besoin), chaque jour, une horde de zombies se dirigera vers notre camp. Ils détruiront tout sur leur passage ; notre petite maison dans la prairie et nous si l'on est présent à ce moment là. Cela nous incite évidement à ne pas nous reposer sur nos lauriers et à repartir en quête de matos pour tout reconstruire ou pour leur latter la tronche là prochaine fois. Pas de repos pour les braves.

Horde de Zombies

Vous l'aurez compris, la progression dans Last Day on Earth : Survival est lente et difficile. Réunir suffisamment de matériaux pour à la fois améliorer son habitation et partir en exploration ne sera pas une mince affaire. Sans compter les temps d'attente pour regagner de l’énergie, beaucoup seront tentés par les nombreux packs de la boutique proposant ressources, armes, boost, pièces de véhicule, contre euros sonnants et trébuchants. On pourra peut-être craindre des inégalités entre les joueurs premium et gratuits, mais nous n'avons rien constaté de tel au moment de ce test.

Avis en bref

Last Day on Earth : Survival est un jeu mobile particulièrement dur et je ne parle pas de son gameplay si simple, que même un zombie pourrait le comprendre. Non Last Day on Earth est punitif à souhait, quelques fois injuste. On prend plaisir à bâtir son petit havre de paix et le voir détruit ou pillé en quelques secondes est difficile. Mais, n'est ce pas le propre d'un jeu de survie ? Qu'il nous plonge vraiment dans un monde cruel où seuls les plus malins, les plus obstinés ou les plus forts s'en sortiront. Et on sera de ceux là !
Bien entendu, le jeu propose en boutique des articles premium qui boosteront les joueurs près à y mettre le prix mais il sera tout à fait possible de faire face à l'adversité sans payer.


Miam

  • Gameplay intuitif
  • Mode auto bien utile
  • Un jeu de survie comme on les aime

Beurk

  • Pas de personnalisation possible de son avatar (impossible de choisir son sexe, sa carnation ou sa corpulence)
  • Certains objets pratiquement impossibles à fabriquer dû à la rareté extrême de certaines ressources de base

Avis de Cyanoz,
la rédac du site

9
Excellent

Avis des membres

0  
  0
50% aiment ce jeu

Favoris

Vidéo

Captures d'écran